data et aménagement public

La data au service de l’aménagement public

Les SIG de pilotage foncier jouent un rôle essentiel dans l’optimisation du lancement et de la gestion des projets d’aménagement : quelles données interopérer, comment les partager ? Des outils propres à chacun des quelques 400 aménageurs publics émergent en lien avec l’intensification d’une culture de la donnée dans leur domaine d’activités. En quoi cela permet tout à la fois de piloter l’activité, évaluer son impact et faire évoluer les métiers concernés ? Retour d’expérience.
Si le cadre est donné par la loi (SRU, UH, Grenelle, Climat…) et l’impulsion par la planification (Scot, PLU…), l’activité historique des aménageurs reste, du fait du temps long des projets, encore majoritairement d’extension urbaine, à concilier avec une part croissante d’opportunités complexes à mettre en œuvre en milieu urbain constitué ou délaissé.
Engager opérationnellement la sobriété foncière nécessite de mieux maitriser tout à la fois les stocks et le risque opérationnel, et la sécurisation des opportunités de « (réa)ménagement » au sein du tissu existant (friches, dents creuses, renouvellement et densification) pour y accroitre les capacités d’accueil (logements, emplois, services, nature) tout en améliorant la qualité du cadre de vie.